Quand tu rentres chez toi un soir et y trouves… des squatteurs.

Hier soir, je suis sortie à 20h et étais de retour à 22h30. En rentrant j’ai senti une odeur bizarre, comme une odeur de tabac. J’ai fait quelques pas mais ne comprenais pas d’où elle pouvait venir et ai mis ça sur le compte de mon gros rhume et du linge étendu qui séchait.

Je me suis installée tranquillement devant ma TV avant d’entamer mon menu Big Mac / potatoes.

Au bout de 15mn j’entends un bruit bizarre, comme un ronflement. Je me dis que mes voisins du dessus doivent vraiment être fatigués (c’est très mal isolé phoniquement). Je continue ma vie mais le bruit persiste et je me dis que quand même, mes voisins ne se seraient pas endormis… dans leur cuisine (située au dessus de mon canapé).

Je me lève pour chercher l’origine du bruit et me rapproche de la loggia. L’appartement est plongé dans le noir et je ne vois rien. Je sursaute cependant quand je vois que le volet est fermé. Je ne l’avais pas encore fermé.

Je colle le nez à la porte fenêtre, vois des formes étranges de l’autre coté et surtout je constate que le ronflement vient clairement de là.

A ce moment là plusieurs sentiments se mélangent en moi : incrédulité, colère, peur. J’étais terrorisée.

Ni une ni deux, je me rhabille en silence et prends mon téléphone pour composer le 17. J’explique le problème afin que l’on m’envoie des policiers. Impossible de rester chez moi, j’ai bien compris que les intrus n’avaient pas remarqué ma présence mais j’étais tellement flippée que je suis sortie dans le hall d’immeuble pour attendre les forces de l’ordre.

Heureusement, ils sont arrivés très vite après 5 longues minutes. Je leur explique que les squatteurs ont du forcer le grillage du jardin pour se faufiler jusqu’à la terrasse.

Ils se dirigent vers la loggia et nous voyons vois qu’il s’agit de 2 squatteurs (je n’avais aucune idée de leur nombre). Ils avaient carrément aménagé la terrasse pour y passer la nuit. Ils avaient poussé tous les objets (en en mettant certains dehors), déplié les chaises longues et s’y étaient allongés, emmitouflés dans leurs couvertures.

Malgré la présence des policiers j’étais encore trop bouleversée pour faire face, je suis allée me planquer dans ma chambre le temps qu’ils les évacuent. Au loin j’ai entendu qu’ils disaient aux policiers qu’ils pensaient que c’était inhabité.

Et là… j’ai été partagée entre deux envies : les engueuler pour m’avoir fait une telle peur et leur dire que j’aurais toujours un plat chaud s’ils en ont besoin.

Au final je n’ai rien fait. Je ne les ai pas vus, je ne sais pas à quoi ils ressemblent et à ce que j’en sais ils ne savent pas non plus à quoi je ressemble.

######

Aujourd’hui, je me sens très conne d’avoir réagi comme cela même si je me dis que j’ai fait ce qu’il fallait pour assurer ma sécurité. D’un coté je suis contente d’avoir su faire un minimum face, d’autant que ça n’a pas toujours été le cas et de l’autre je m’en veux d’avoir manqué de compassion.
Il aurait dû m’être évident que c’étaient juste des gens qui cherchaient un abri pour la nuit et que moi-même j’avais froid chez moi bien emmitouflée sous ma couette.

Je suis en colère parce que j’ai eu peur, parce que j’ai encore peur.

Je suis en colère parce que mes voisins n’ont rien vu et/ou rien fait.

Je suis en colère parce qu’on est rentré chez moi sans mon consentement.

Je suis en colère car presque personne ne me demande comment je vais.

Je suis en colère parce que des gens dorment dehors.

Je suis en colère parce que je n’ai pas assuré une cacahuète.

18 réflexions sur “Quand tu rentres chez toi un soir et y trouves… des squatteurs.

  1. C’est quand même flippant de se dire que c’est aussi facile de rentrer chez toi. Heureusement ils dormaient mais imagine tomber nez à nez avec eux et qu’ils réagissent mal. Je ne veux pas te faire peur mais bon. A ta place je ne suis pas rassurée

    • c’est comme pour une maison avec jardin, un grillage ça s’ouvre facilement. ce qui est inquiétant c’est surtout que personne n’ai rien vu.
      merci de ton message, bisous

  2. ma pauvre chacha, tu as eu la meilleure reaction qu’il fallait avoir, ne te denigres pas la dessus.
    tu n’as pas quelqu’un chez qui dormir quelques temps le temps d’etre plus rassurée?

  3. Salut,
    Déjà commet sa va? Je comprends ce que tu ressens mais c’est tellement délicat comme situation qu’on sait pas trop comment réagir. Bisous

    • Coucou
      Ca va un peu mieux aujourd’hui, j’ai eu du mal hier soir mais j’étais tellement fatiguée que je n’ai pas eu le choix je me suis endormie comme un bébé ^^

      Merci❤

  4. Il est normal d’être en colère et je trouve que tu as plutôt bien géré la situation. Tu ne peux pas immédiatement ressentir de la compassion qd un intrus est chez toi sans ton consentement et que tu n’as aucune idée de ses intentions. Ton instinct de survie se met en action. Un inconnu contre toi, c’est d’abord toi qui prime (en tout cas c’est que ton instinct te dit)… La compassion n’intervient qu’une fois que tu es sécurisée.
    Maintenant il te faut sécuriser ton petit jardin pr que le phénomène ne se répète pas.
    Prends soin de toi ma belle Chacha!! Des gros bisous de réconfort!!!

  5. J’espère que tu te sens mieux.

    Ne sois pas en colère contre toi-même.
    Tu as bien fait d’appeler la police. Il s auraient pu être agressif ou récalcitrants à s’en aller et j’ai du mal à croire que l’appartement leur ait semblé inhabité.
    Peut-être que tes voisins n’ont rien vu ou ont pensé que c’était tes invités.
    C’est fou. J’espère que cela ne se reproduira pas.
    Ne pas apprécier que des gens s’introduisent chez toi ne signifie pas que tu manques foncièrement de compassion. Tu peux aider les gens autrement qu’en les laissant squatter.

    Il y a quelques années mon frère a croisé un type qui prenait son petit-déjeuner chez nous sans y avoir été invité. Il lui a donné un coup d’épaule pour pouvoir s’enfuir. On avait remarqué des disparitions de nourriture sans pouvoir l’expliquer. Ce n’est pas dramatique mais ce n’est pas drôle non plus.
    Je te comprends.

    Des bisous et bon courage.

    • le gars venait tranquillement manger chez vous !!! c’est fou ça, carrément flippant aussi…
      ça va mieux aujourd’hui, ça va passer faut que j’encaisse.

      merci et bisous

  6. on ne réagit pas forcément de façon logique dans les cas d’extrème stress.
    Moi je trouves que tu as très bien réagit et je suis entièrement d’acc avec Fringhalles.
    Maintenant il va falloir voir quels sont les points faibles de ton jardin et les renforcer.

  7. Franchement tu n’avais pas le choix…
    Effectivement ces gens n’étaient apparemment pas mal intentionnés. Mas si ça avait été le cas ???
    Tu as eu la bonne réaction et la réaction que tout le monde aurait eu : penser à ta sécurité!!!
    Penser à soi dans une telle situation ne veut pas dire ne pas être compatissant… Tua s eu peur et c’est normal.
    En te lisant, je me suis posée la question de savoir si j aurais su réagir aussi rapidement que toi: je ne sais pas si j aurais pensé a appeler la police dans la panique…
    Tu ne peux quand même pas accueillir tous ceux qui cherchent un abris sur ta loggia : si c’est ce que tu veux faire , crées une fondation au moins tu pourra récolter des sous et en profiter …🙂

    Prends soin de toi Chacha….

    • oui tu as raison. d’un coté je me dis que si ça peut les aider de s’abriter par là y’a pas de mal (d’autant plus qu’ils n’ont rien cassé et que ce qu’ils ont mis dehors l’a été fait proprement dans un coin et sous abri) mais de l’autre je ne me sentirais pas à l’aise.

      merci beaucoup, gros bisous

Et toi t'en penses quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s