L’incitation au viol, le sexisme, l’éthique et le SEO

Cette semaine, la blogueuse féministe Diké a publié un article dénonçant les incitations au viol diffusées par les sites « coaching en séduction ». Ces sites proposent des conseils à destination des hommes afin d’obtenir de meilleurs résultats lors de leurs séances de drague.

Pick Up Artists : le Marketing de la violence misogyne – par Diké

Parmi ces nombreux sites et conseils, nous retrouvons notamment un article du site Séduction par Kamal qui est une véritable incitation au viol pour permettre aux hommes de « bien baiser ». Cette publication contient des méthodes pour dominer sexuellement une femme et l’amener à faire ce dont elle n’a pas envie (ce qui rappelons-le constitue un viol).

« Commencez à déshabiller votre partenaire […] montrez-lui qu’elle n’a pas vraiment le choix »

Comment bien baiser ? Le secret du sexe hard – par Jean-Baptiste Marsille pour Séduction by Kamal

Dans son article, Diké a très justement mis en cause la responsabilité du propriétaire du site, de l’auteur de l’article mais aussi de l’hébergeur (Mavenhosting) et de l’agence de référencement (Agence CSV).

En effet, ils bénéficient tous des revenus générés par cet article et contribuent à sa diffusion.

L’article lui a immédiatement valu la réponse conjointe du responsable de l’Agence CSV et de l’auteur de l’article.

Ladite réponse mettait en cause la démarche de la blogueuse qui ne cherchait visiblement « qu’à faire du buzz pour accroître sa notoriété et faire du trafic » (en revanche utiliser l’incitation au viol pour accroître sa notoriété et faire du trafic ne semble pas être bien grave).

Que ces messieurs souhaitent défendre leur travail est une chose qui peut être compréhensible (même si je me demande comment on peut décemment défendre le fait d’inciter au viol).

Mais une simple réponse factuelle était visiblement impossible. La réponse publiée sur le blog de l’agence CSV était un amas de propos sexistes. Un comble lorsque l’on prétend ne pas faire d’apologie du sexisme ou des violences sexuelles.

« Peut-être que votre vie sexuelle est-elle trop fade, insipide ou même inexistante ? Voila qui ne serait, avouons-le ouvertement, pas étonnant ».

Les femmes qui la ramènent sont souvent qualifiées de « mal baisées ». C’est une attaque tellement courante de la part de ce genre d’homme que cela n’est même plus une surprise.

Autre argument développé sur l’article en réponse à celui de Diké : pourquoi ne pas plutôt aller attaquer les « vraies » violences sexistes en Irak ou en Afghanistan ?

Passons sur le coté raciste de ce commentaire (les vrais méchants ce sont les vilains musulmans ou arabes)…

Qui peut dire aux féministes ce qui est du vrai sexisme ? Qu’est-ce que le faux sexisme ?

Comment peut-on voir la poutre dans l’œil de son voisin mais pas dans le sien ?

Dans cet article, l’auteur et le responsable de l’agence de référencement ont accusé Diké de soulever une polémique à visage couvert. Elle utilise en effet un pseudo.

Pour démontrer leur bonne foi, ils ont choisi de publier leur réponse sous leurs noms, avec leurs photos (voire même plusieurs photos pour le responsable de l’agence CSV) sur un support professionnel (le blog de l’agence de référencement).

Devant le tollé soulevé par cet article et les nombreuses réactions de féministes, le responsable de l’agence CSV a finalement décidé de supprimer son article car il était mal compris (lol).

Des copies écran avaient néanmoins été faites et circulent désormais sur les réseaux sociaux. Le responsable de l’agence CSV réclame leur suppression car les photos qu’il avait lui même associées à des propos sexistes y figurent.

Je m’interroge sur le bon sens d’un expert en référencement et du web qui après avoir délibérément choisi d’afficher ses photos en marge de tels propos puisse maintenant exiger leur suppression (au point de parler d’une plainte ?).

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Après cette longue introduction à cette affaire venons-en à l’angle qui m’a amenée à rédiger cet article, celui de l’éthique dans la communication.

L’agence CSV est une petite structure et est loin d’être la seule à blâmer dans l’utilisation de contenus sexistes pour faire de la promotion commerciale.

Que dire des agences qui conçoivent des publicités mettant en oeuvre des Chevaliers, connus pour être masculins, en femmes dès lors qu’il s’agit d’un Chevalier qui fait la vaisselle ?

Que penser des directions marketing qui choisissent des propositions affichant des femmes nues pour vendre des yaourts ou du gel douche ?

L’article qui est à l’origine de cette affaire est accusé de promouvoir le viol.

Parlons de Calvin Klein dont une campagne publicitaire accusée de promouvoir le viol était interdite en Australie ou des chanteurs Rick Ross et Robin Thicke accusés au même titre ?

N’oublions pas le pédiatre Aldo Naouri qui a tenu des propos similaires à ceux de Jean-Baptiste.

J’étais devant un homme qui me disait : « J’en crève d’envie mais j’attends qu’elle veuille. » Sa femme le regardait sans rien dire. J’ai dit en exagérant : « Violez-la ! » C’était excessif mais c’était une manière de dire : allez-y, foncez, ça viendra bien ! D’ailleurs, à ces mots, le visage de la femme s’est illuminé !

Tout comme ce qui est indiqué dans l’article de Séduction by Kamal, les femmes ont besoin qu’on leur force la main pour réveiller leurs ardeurs. Ça les illumine. Quelle idée… lumineuse !

Qu’est-ce que ces hommes ont dans le crâne pour diffuser ce genre de conseils mais aussi pour ne pas comprendre quand on leur dit ce que ça représente ?

Auraient-ils l’idée d’utiliser le meurtre ou la pédophilie pour faire vendre ?

Pourquoi est-ce si banalisé quand il s’agit des femmes ?

Comment pourrait-on leur réclamer de l’éthique alors qu’ils ne comprennent même pas où est le mal.

Auraient-t-ils fait le même travail si des conseils proposaient aux femmes de montrer qu’ils n’avaient pas vraiment le choix aux hommes qui ne souhaitent pas être sodomisés ?

Par ce qu’après tout, s’ils n’ont pas le choix ça devrait les libérer du tabou non ? (sic).

16 réflexions sur “L’incitation au viol, le sexisme, l’éthique et le SEO

  1. Bonjour ChaCha. Je te remercie, tu as parfaitement résumé le sens de ma démarche. Au-delà de mon engagement féministe et de ma dénonciation virulente de l’apologie du viol, je m’interroge aussi au quotidien sur les dilemmes éthiques auxquelles je suis confrontée dans mon travail. Jamais je n’accepterais de m’associer aux travaux d’un client comme Seduction By Kamal. Je préfèrerais perdre un contrat (et me consacrerait à en gagner d’autres).

    Du coup, je me révolte de voir au quotidien des entrepreneurs, des marketeurs, des publicitaires, des patrons, de PME ou de multinationales, qui jouent un rôle actif dans l’exploitation du sexisme à des fins commerciales. Ils participent activement à encourager et perpétuer la culture du viol et les autres piliers des violences faites aux femmes.

    « L’industrie du sexisme » n’est pas une niche à la marge de l’économie, elle est diffuse de manière transversale dans notre économie. Sans le travail de professionnels de l’Internet, le site Seduction By Kamal n’aurait jamais pu avoir l’ampleur qu’il prétend avoir.

    Alexandre Chombeau (le web marketeur) et Jean-Baptiste Marsille (l’auteur de l’article faisant la promotion du viol). n’ont pas imaginé que je puisse raisonner différemment d’eux : en individualistes qui cherchent à rentabiliser leurs actes (en terme d’argent et de notoriété, les deux étant un marqueur de succès). Ils se sont énormément mis en avant dans la réponse insultante qu’ils m’ont envoyée (persuadés qu’ils allaient générer un buzz pour promouvoir la nouvelle entreprise de sex-toys qu’ils viennent de lancer).

    Ils ont pensé que ma démarche était similaire : que j’ai cherché à créer un buzz pour faire connaître mon blog. Forts de ce préjugés, ils ont oublié de se remettre un peu en cause et de réfléchir, et ont cherché à contre-attaquer en terme de buzz, avec le résultat que vous connaissez.

    Ma démarche était absolument opposée. Je tiens un blog féministe parce que j’ai des choses intéressantes à partager sur mon expérience du sexisme, en remerciement de ce que j’ai appris des autres féministes. C’est une démarche collective et humble, peut-être un peu cathartique mais surtout conçue dans l’intérêt général, car le féminisme poursuit un projet de société humaniste.

    La dénonciation de l’article de Jean-Baptiste Marsille sur le blog Seduction By Kamal n’était pas non plus une action individuelle, mais inscrite dans une démarche collective de féministes déterminées à ne pas se résigner. Nous avons chacune des compétences et des expériences différentes, qui nous permettent d’aborder le même problème sous des angles différents.

    La réponse misogynes de ces 2 personnes insultait donc toutes les féministes qui ont dénoncé la culture du viol avant moi. D’où l’ampleur des réactions.

    Alexandre Chombeau et Jean-Baptiste Marsille ont tout simplement sous-estimé la communauté des féministes. Pas Kamal Kay en revanche (le patron de Seduction by Kamal), puisqu’il observe toujours un silence prudent.

    Nous n’acceptons pas que des propos toxiques et illégaux puissent être tolérés sous prétexte qu’ils ne nuisent qu’aux femmes. La page a été signalée au gouvernement depuis au moins octobre 2012 (10 mois), plusieurs fois, mais elle est toujours en ligne alors qu’elle est hébergée en France.

    Mon but n’était absolument pas de m’intéresser au cas particulier d’Alexandre Chombeau, mais de l’interpeler sur sa part de responsabilité dans la promotion d’un texte qui fait l’apologie du viol, et de manière générale d’un site dont le modèle d’affaires repose avant tout sur l’exploitation et la propagation de clichés sexistes.

    Je l’ai contacté en privé par email le 16 août, après m’être assurée que son adresse mail fonctionnait (je lui ai envoyée un petit mail auquel il a répondu rapidement). Puis j’ai attendu 3 jours avant de poster la copie de mon mail sarcastique légèrement remaniée.

    • Sa position est typique « ce n’est pas moi, je ne suis que SEO », arrêtez de me diffamer.
      Se dé-responsabiliser est tout aussi grave et cela revient à cautionner l’utilisation de propos sexistes ou menaçant de viol pour vendre.

      Quand aux propos te concernant, ils sont à la hauteur de sa réflexion générale sur le sujet.

      Je suis quotidiennement choquée par le sexisme ambiant et la culture de viol. Nous devons continuer à dénoncer, ça finira bien par rentrer dans leurs crânes.

      • Cette réaction « ce n’est pas moi, je ne suis que l’ancien SEO », il l’a vaguement et tardivement évoquée sur Twitter.

        Mais il n’a pas réagi en SEO professionnel. Il a réagi en homme bafoué par une femme, qui tient à défendre des privilèges dont il n’a même pas conscience. Ses propos n’étaient pas seulement sexistes et injurieux, l’objectif était aussi de m’intimider.

  2. Pingback: Pick Up Artists : le Marketing de la violence misogyne | Le Courrier de Diké

  3. « alors qu’ils ne comprennent même pas où est le mal. » > je trouve ce questionnement particulièrement intéressant ! Il est difficile de savoir comment réagir efficacement à ce genre de propos quand la personne en face ne se rend même pas compte de leur gravité. Finalement dire qu’ils incitent au viol a été vain, puisqu’ils ne comprennent tout simplement pas pourquoi on pense ça. Pour eux, le viol, ce n’est pas ça. Mais est-ce que pour autant on doit rester toutes gentilles avec ce genre d’individu ? Ces mecs refusent clairement de se remettre en question, mais c’est encore un attribut d’homme dans notre société (surtout si ses contradicteurs sont des contradictrices).
    Enfin voilà, je dis ça aussi parce que depuis que je fréquente assidûment la blogosphère et la twittosphère féministes, je me rends compte qu’on est un peu entre nous à s’indigner et à se dire qu’on a trop raison, mais je me demande toujours ce qu’on peut faire de réellement efficace😦

    • je pense que les débats publics sont importants pour sensibiliser le plus grand nombre mais que le travail sur le terrain donne le plus de résultats : l’évolution des lois, de la prise en charge des victimes, les campagnes de sensibilisation.

      mais se battre contre tout ça est un tout🙂

  4. Pingback: L'incitation au viol, le sexisme, l'éthi...

  5. Pingback: Le marketing du viol | Rien Sur ChaCha

  6. Pingback: Rape Culture | Pearltrees

Et toi t'en penses quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s